Tu es bien comme tu es !

Dépression / Burnout / Bipolaire

Environ une personne sur quatre souffre de dépression au moins une fois dans sa vie.

Une dépression touche la personne dans son ensemble:

  • psychiquement avec humeur dépressive, tristesse et absence de perspectives
  • physiquement avec perte d’appétit, troubles du sommeil ou douleurs
  • dans la vie sociale, allant de l’incompréhension à l’isolement
  • dans la vie professionnelle avec des problèmes tels que perte d’emploi, AI ou difficultés à la recherche d’un emploi

Qu’est-ce qu’une dépression?

Nous ne sommes pas toujours de bonne humeur. Qui ne connaît pas les moments où nous nous sentons tristes, seuls ou abattus?
Souvent, il y a de bonnes raisons compréhensibles à ces moments difficiles, comme le deuil, les déceptions personnelles, les situations de stress, etc.

Une telle humeur est-elle déjà le signe d’une dépression?
Normalement, on récupère en quelques heures ou quelques jours après une phase dépressive et on peut continuer à profiter de belles choses comme un bon repas, un bon film, des rencontres entre amis ou un beau week-end.

Mais si la mauvaise humeur se manifeste pendant des jours ou des semaines et qu’elle commence à influencer toujours plus nos activités quotidiennes, nos relations sociales ou nos performances au travail ou pendant nos loisirs, une dépression pourrait se développer.

Quels seraient les signes d’une dépression?
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi des critères permettant de constater (diagnostiquer) une dépression. Pour cela, les symptômes dépressifs doivent être prédominants pendant au moins deux semaines.

Les trois symptômes principaux sont:
  • Humeur dépressive:
    Je souffre d’humeur morose et dépressive presque toute la journée et presque tous les jours de la semaine. Mon humeur n’est alors pas influencée par des circonstances ou des événements particuliers.
  • Perte d’intérêt et tristesse:
    Les activités que j’aimais exercer auparavant ne me plaisent ou ne m’intéressent plus désormais.
  • Manque d’entrain et fatigabilité accrue:
    Je me fatigue beaucoup plus facilement que d’habitude et/ou mon énergie et mon élan vital sont considérablement diminués.

On parle de dépression légère lorsqu’au moins deux symptômes principaux et deux autres symptômes prédominent.

Plus les symptômes sont nombreux et plus les activités quotidiennes sont influencées, plus la dépression est prononcée. Mais une dépression est toujours individuelle, comme la personne qui en souffre. Selon les symptômes, la dépression peut aussi être plus ou moins prononcée.

Autres symptômes:

  • Baisse de concentration et d’attention – j’ai du mal à me concentrer ou j’ai des difficultés à prendre des décisions ou je ne sais pas comment me comporter.
  • Baisse de l’estime de soi et de la confiance en soi – je n’ai plus la confiance en soi / l’estime de soi habituelles.
     

  • Sentiments de culpabilité et de dévalorisation – je me fais des reproches ou j’ai des sentiments de culpabilité largement exagérés et infondés.
  • Perspectives d’avenir négatives et pessimistes – je me sens tendu(e) intérieurement et j’agis avec agitation ou bien le contraire: Je suis physiquement ralenti(e) et je vois l’avenir en noir.
     
  • Idées suicidaires, actes suicidaires – j’entretiens des pensées de mort ou de suicide.
  • Troubles du sommeil – mon sommeil est perturbé
  • Diminution de l’appétit – j’ai moins d’appétit que d’habitude et j’ai perdu du poids, ou le contraire: j’ai plus d’appétit que d’habitude et pris du poids.

Qu’est-ce qu’une maladie maniaco-dépressive?

Dans la maladie maniaco-dépressive (également appelée trouble bipolaire), les phases dépressives décrites ci-dessus s’accompagnent de phases d’euphorie et d’activité excessive (phases maniaques). Pendant les phases maniaques, les personnes concernées se sentent beaucoup plus capables qu’en temps normal. Elles sont souvent irréfléchies et agitées. De telles périodes de surestimation de soi peuvent entraîner de graves problèmes sociaux et/ou matériels.

Les symptômes évocateurs d’une phase maniaque sont les suivants:

  • Confiance en soi exagérée ou mégalomanie
  • Besoin de sommeil réduit (p. ex. sensation de repos après seulement trois heures de sommeil)
  • Plus bavard(e) que d’habitude ou besoin de parler
  • Fuite des idées ou sentiment subjectif que les pensées sont fulgurantes
  • Dispersion (l’attention est trop facilement attirée sur des stimuli externes sans importance ou anodins)
  • Accroissement des activités ciblées (soit socialement, au travail, soit à l’école ou dans la vie sexuelle) ou agitation psychomotrice, occupation excessive d’activités agréables qui sont très susceptibles d’avoir des conséquences négatives (par exemple frénésie d’achat incontrôlée, manque de tact sexuel ou investissements commerciaux stupides)

Qu’est-ce qui déclenche une dépression?

Les causes d’une dépression ne sont pas complètement élucidées. Les déclencheurs possibles peuvent être un stress négatif durable, par exemple en cas de situations de vie difficiles, d’événements traumatisants de l’enfance ou de surmenage (burnout). De nombreux indices suggèrent qu’il existe des personnes présentant une «vulnérabilité» génétique familiale plus élevée, qui sont plus susceptibles de tomber en dépression que des personnes dotées d’une constitution psychique plus solide et qui résistent mieux au stress.

Il existe également des types de dépression dans lesquels l’intensité lumineuse joue un rôle (dépression hivernale) ou des changements hormonaux comme après la naissance d’un enfant (dépression postnatale).

Que se passe-t-il dans la tête?
De nombreux indices suggèrent que certaines neuro-hormones (neurotransmetteurs comme la noradrénaline, la dopamine ou la sérotonine) dans le cerveau sont épuisées pendant un épisode dépressif. Souvent, le cortisol, hormone du stress, est mal régulé (augmenté), si bien que l’organisme se trouve «pour ainsi dire» dans une situation de stress permanente. Le cortisol, lorsqu’il est élevé anormalement longtemps, a la propriété négative d’attaquer certaines structures cérébrales qui régulent l’humeur, les fonctions d’apprentissage et de mémoire. Des études montrent que des dépressions prolongées non traitées font rétrécir ces structures cérébrales. Il est donc important de traiter la dépression de manière cohérente selon toutes les règles de l’art psychiatrique.

Combien de personnes en souffrent?
En Suisse, environ 25% de la population adulte souffre de dépression au moins une fois dans sa vie. Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes. Comme indiqué plus haut, les symptômes de la maladie sont individuels et la dépression n’est souvent reconnue qu’avec difficulté et à un stade tardif. Ainsi, les gens se plaignent parfois de problèmes physiques qui ne semblent pas avoir de cause médicale.

Les dépressions se traitent!

Que faut-il faire?

Les proches des personnes dépressives doivent savoir qu’une dépression est une maladie au sens médical du terme. En cas de suspicion de dépression, il faut toujours consulter immédiatement le médecin de famille ou un psychiatre. En l’absence d’un psychiatre en temps utile, les institutions psychiatriques ambulatoires des cliniques se tiennent à la disposition des patients pour procéder aux investigations et, le cas échéant, à un traitement.

L’information est importante

Pour les personnes extérieures, la dépression est souvent difficile à comprendre. Les personnes concernées se comportent différemment que d’habitude: elles n’arrivent plus à «prendre sur soi», à se décider, ne sortent souvent plus du lit le matin alors qu’elles ne parviennent pas à dormir, etc. Il faut faire preuve de compréhension, de patience et de savoir.

Il est donc urgent d’informer sur la dépression et les maladies psychiques. EQUILIBRIUM s’engage dans ce sens.

Toi aussi, par ton soutien et ta propre franchise, aide-nous à lever le tabou et la stigmatisation!

Dès que l’entourage de la personne touchée a accepté que la dépression est une maladie complexe et réelle, la voie vers la libération de la culpabilité et de la honte s’ouvre. Les malades ont ainsi une bien plus grande chance de recouvrer la santé.

EQUILIBRIUM
Association pour la maîtrise de dépressions
6300 Zug

0848 143 144
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ZEWO zertifiziert
Don't have an account yet?

Sign in to your account